Le CBD fait-il bon ménage avec les antidépresseurs ?

Par Romain

Table des matières :

  1. Quels sont les effets secondaires de la consommation de cannabis ?
  2. Quels sont les risques d’interactions entre les médicaments antidépresseurs et le cannabis ?
  3. Qui peut devenir dépendant du cannabis et des antidépresseurs ?
  4. Quels sont les effets secondaires potentiels de l’association du cannabis et des antidépresseurs ?
  5. Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine
  6. Inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la norépinéphrine
  7. Inhibiteurs de la recapture de la norépinéphrine et de la dopamine
  8. Inhibiteurs de la monoamine-oxydase
  9. Antidépresseurs tricycliques
  10. Résumé

Le CBD peut rendre les gens plus détendus et moins stressés en même temps. Ils peuvent se sentir heureux pendant un moment. C’est pourquoi les personnes qui souffrent de dépression ou de troubles anxieux sont beaucoup plus susceptibles de se tourner vers le cannabis. Cela contraste avec les personnes qui ne souffrent pas de ce genre de problèmes au quotidien.

Bien sûr, beaucoup de ces personnes prennent des antidépresseurs tels que le Zoloft, le Prozac et le Wellbutrin et consomment du CBD en même temps. C’est pourquoi il est si important que les professionnels de la santé et les patients connaissent les interactions potentielles qui peuvent résulter de la combinaison de ces deux traitements.

Il est remarquable qu’en dépit de très nombreuses années de recherche sur les interactions entre la consommation de cannabis et les troubles psychiatriques, il existe peu de recherches sur la combinaison d’antidépresseurs et de cannabis. On ne trouve qu’une poignée d’études scientifiques rigoureuses qui ont examiné le fonctionnement exact des antidépresseurs. Il n’y a vraiment pas beaucoup d’informations sur ce sujet sur le web.

Quels sont les effets secondaires de la consommation du CBD ?

Des chercheurs spécialisés dans le traitement psychiatrique des enfants et des adolescents du centre de santé de l’université du Connecticut ont procédé à un examen approfondi de la littérature scientifique limitée et ont publié un rapport sur la prise de cannabis et d’antidépresseurs à un jeune âge. Ils ont noté que l’on pourrait supposer que la combinaison de substances psychoactives et de médicaments psychotropes augmente les chances de voir des patients souffrir de dépression. Toutefois, des études scientifiques publiées ont montré qu’aucun effet secondaire n’était observé chez les jeunes qui combinaient cannabis et antidépresseurs.

Des chercheurs de l’Université du Connecticut ont expliqué pourquoi il y a peut-être si peu de rapports sur le sujet. Cela s’explique principalement par le fait que les effets secondaires sont si rares qu’ils ne se produisent pratiquement pas. En outre, les médicaments psychotropes les plus récents ont un index thérapeutique relativement élevé. Ces médicaments n’entraînent que très rarement des interactions indésirables avec d’autres substances. Toutefois, il convient également de noter que l’absence d’effets indésirables peut aussi être due au fait que les patients n’admettent tout simplement pas qu’ils consomment du cannabis par crainte d’être stigmatisés par les médecins et leur entourage.

En rapport :   Les produits à base de CBD tuent-ils les bactéries et les virus ?

Néanmoins, il est probable que les antidépresseurs les plus récents soient associés à un risque faible à modéré lorsqu’ils sont associés à des graines de cannabis. Il convient tout de même de mentionner ici que les médicaments plus anciens comportaient un risque beaucoup plus élevé. Ils ont été le plus souvent décrits comme modérés. L’index des médicaments en ligne recommande la prudence lors de l’association du cannabis avec des antidépresseurs. Il est également judicieux de consulter au préalable votre prestataire de soins de santé.

Vérifiez également : le CBD annule-t-il les effets du THC ?

Quels sont les risques d’interactions entre les médicaments antidépresseurs et le CBD ?

L’un des défis auxquels sont confrontés les médecins qui prescrivent des antidépresseurs à des patients consommant également du cannabis est de suggérer des doses appropriées de CBD. Il doit être suffisamment faible pour ne pas nuire et en même temps suffisamment élevé pour améliorer l’efficacité des antidépresseurs.

Les médecins notent que c’est l’une des variables les plus importantes lorsque les patients combinent différents types de médicaments et d’antidépresseurs. Il est alors très difficile de déterminer dans quelle mesure chacun produit des effets secondaires. Ce que l’on sait, c’est que toutes les substances prises ici ont un effet significatif sur le comportement et l’humeur. Bien entendu, plus un patient combine de substances, plus il est difficile de déterminer exactement le fonctionnement de chacune d’entre elles et les résultats qu’elles produisent. C’est pourquoi les médecins utilisent très souvent un seul médicament pour un patient donné. Ils n’y ajoutent d’autres substances qu’à un stade ultérieur.

Allan Schwartz, psychothérapeute et travailleur social clinique agréé au Colorado et à New York, a déclaré que, surtout dans les cas graves, les patients devraient s’abstenir de consommer du cannabis et d’autres substances pour traiter la dépression ou les troubles anxieux. Il est parfois utile de s’abstenir de consommer du cannabis, même pendant quelques semaines. Ce n’est qu’alors que l’on pourra déterminer si oui ou non il a réellement amélioré l’humeur et réduit l’anxiété. De nombreuses personnes ont été surprises de découvrir que les médicaments sans cannabis étaient réellement capables d’améliorer leur humeur et leur fonctionnement quotidien.

Qui peut devenir dépendant du CBD et des antidépresseurs ?

Il existe également des preuves scientifiques qui suggèrent que les patients sont beaucoup plus susceptibles d’abuser du cannabis ou d’en devenir dépendants, précisément lorsqu’ils souffrent de dépression. En fait, les personnes qui souffrent de dépression, de troubles anxieux, consomment du cannabis en quantité deux à huit fois plus importante. Bien sûr, par rapport aux personnes qui n’ont pas de problèmes mentaux.

De nombreux médecins signalent que certains patients qui consomment du cannabis boivent de l’alcool ou prennent d’autres substances pendant le traitement. Il s’agit en particulier des personnes souffrant de dépression majeure ou de troubles bipolaires, qui ont moins de chances d’obtenir de bons résultats en matière de traitement. Ils sont également beaucoup moins susceptibles d’être aidés par les psychothérapies, y compris les thérapies cognitives et comportementales.

M. Schwartz dit avoir vu des patients qui prennent des médicaments souffrir d’effets secondaires désastreux. Il est arrivé que des personnes prennent simultanément des antidépresseurs, du cannabis, de la marijuana et souffrent de dépression. Malheureusement, ils étaient dans un bien meilleur état avant le traitement. Souvent, pour eux, la combinaison de différentes substances s’est terminée de façon tragique, par exemple dans un hôpital psychiatrique.

En rapport :   Le CBD est-il utile contre les douleurs de la fibromyalgie ?

Dans les cas extrêmes, il s’est avéré que ces personnes tombaient dans un cercle vicieux. Ils ont combiné des antidépresseurs avec du cannabis. Cela s’est terminé pour eux par une grave rechute de la dépression ou d’autres troubles mentaux. Cela a conduit à leur admission à l’hôpital. Pendant un certain temps après l’hospitalisation, ils se sont sentis mieux. Puis leur état s’est aggravé et ils ont à nouveau pris des antidépresseurs, qu’ils ont associés au cannabis. De cette façon, ce cercle tragique est fermé.

Recommandé : POURQUOI LES PRODUITS À BASE DE CBD FONCTIONNENT-ILS MIEUX LORSQU’ILS SONT ADDITIONNÉS DE THC ?

Quels sont les effets secondaires potentiels de l’association du cannabis et des antidépresseurs ?

En fait, il y a toujours des risques généraux. En effet, chaque classe d’antidépresseurs est unique et est associée à des effets secondaires différents. Les interactions potentielles avec d’autres médicaments et avec les graines de cannabis doivent également être prises en compte ici. Sur la base d’une revue de la littérature scientifique, nous ferons ci-dessous un résumé des antidépresseurs les plus couramment utilisés et des effets secondaires associés à leur utilisation.

Nous pouvons énumérer ici les antidépresseurs suivants et leurs risques :

  • Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) Prozac, Paxil, Zoloft, Celexa, Lexapro
  • Substances de recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (SNRIS) Duloxétine (Cymbalta), Venlafaxine (EffExor XR) – le risque est faible à modéré.
  • Inhibiteurs de la recapture de la norépinéphrine et de la dopamine (NDRIS) Wellbutrin, Aplenzin, Forfivo XL – le risque est faible à modéré.
  • Préparations à base de monoamine oxydase (Maois) Tanilcypromine (Parnate), Phenelzine (Nardil), Isocarboxy (MPLAN) – le risque est élevé.
  • Antidépresseurs tricycliques Imipramine (Tofranil), amitriptyline, Doxepin, Trimipramine (Surmontil) – le risque est élevé.
  • Sédatifs Clonazépam (Klonopin), Lorazépam (Ativan), Phénobarbital (Donnatal), Zolpidem (Ambien) – le risque est élevé.

Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS)

Leur utilisation en combinaison avec le cannabis est associée à un risque faible à modéré.

Les ISRS – tels que Prozac, Paxil, Zoloft, Celexa et Lexapro – sont les médicaments les plus couramment prescrits pour le traitement de la dépression. Les patients signalent moins d’effets secondaires et d’interactions médicamenteuses avec les SSRIS qu’avec de nombreux autres types d’antidépresseurs.

Dans cette situation, les interactions négatives avec le cannabis sont en effet rares. Néanmoins, il convient de noter certaines spéculations émises par divers rapports et comptes rendus. Ils montrent notamment que la combinaison du cannabis avec des antidépresseurs peut augmenter le risque d’hypomanie, chez les personnes extrêmement sensibles. Cela peut bien sûr s’appliquer également aux personnes atteintes de troubles bipolaires. Néanmoins, de nombreux médecins ne déconseillent pas l’utilisation du cannabis car les interactions indésirables avec les antidépresseurs sont vraiment rares.

D’autres ont également lu : LE CHANVRE ÉTAIT-IL DÉJÀ CONNU DANS LA CHINE PRÉHISTORIQUE ?

Inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (SNRIS)

Le risque de leurs effets indésirables avec le cannabis va de faible à modéré. Exemples de tels agents pharmacologiques : Duloxétine (Cymbalta) et Venlafaxine (EffExor XR). Il s’agit certainement d’une classe d’antidépresseurs plus récente. Les interactions négatives entre le cannabis et d’autres types de produits pharmaceutiques sont vraiment rares.

En rapport :   Comment le CBD affecte-t-il le système digestif ?

Inhibiteurs de la recapture de la norépinéphrine et de la dopamine (NDRIS)

Le risque de leurs effets indésirables avec le cannabis va de faible à modéré. Des exemples de tels agents pharmacologiques sont : Bupropion (Wellbutrin, Aplenzin, Forfivo XL). Il s’agit de l’un des rares antidépresseurs qui n’ont généralement pas d’effets secondaires. Parfois, les médecins les prescrivent aux personnes qui luttent contre le tabagisme ou le TDAH. Très peu d’interactions indésirables ont été signalées.

Inhibiteurs de la monoamine-oxydase

Dans ce cas particulier, le risque potentiel d’interaction négative avec les graines de cannabis est vraiment élevé. Des exemples de ce type d’agents pharmacologiques sont : Trilcypromine (Parnate), Phénelzine (Nardil) et Isocarboxide (MPLAN). Ces types d’agents pharmacologiques ne sont plus que très rarement utilisés car ils avaient des effets secondaires vraiment graves. Ils interagissent aussi dangereusement avec de nombreuses substances présentes dans les aliments et les médicaments.

Malheureusement, jusqu’à présent, aucun effet indésirable de la combinaison avec les graines de cannabis n’a été validé scientifiquement. Cependant, étant donné qu’il s’agit d’une substance à haut risque, il n’est pas recommandé de la combiner avec le chanvre. Il convient également de garder à l’esprit qu’il peut être tout aussi dangereux de l’associer à certains aliments et médicaments.

Voir aussi : 6 mythes et controverses sur le CBD

Antidépresseurs tricycliques

Dans ce cas particulier, le risque potentiel d’interaction négative avec les graines de cannabis est également très élevé. Des exemples de ce type d’agents pharmacologiques sont : Imipramine (tofranil), amitriptyline, doxépine, trimipramine (surmontil). Cependant, nous devons honnêtement admettre ici que les interactions négatives et les effets secondaires sont rapportés beaucoup plus fréquemment avec cette substance, ce dont nous avons déjà parlé dans le paragraphe précédent. Dans le cas des nouveaux antidépresseurs, leur combinaison avec le cannabis est beaucoup plus sûre que celle des antidépresseurs de l’ancienne génération. Par conséquent, ces substances, qui présentent beaucoup d’effets secondaires, sont généralement prescrites principalement aux patients qui n’ont pas répondu de manière adéquate lorsqu’ils ont été traités avec d’autres types de médicaments.

Il existe un cas documenté qui confirme cette affirmation. Le cas en question était celui d’un garçon de dix-sept ans. Il souffrait de dépression et d’insomnie. Le médecin lui a alors prescrit 25 mg d’amitriptyline. Le garçon a commencé à se sentir très mal. Il s’est ensuite avéré qu’en plus des antidépresseurs prescrits par le médecin, il consommait des graines de cannabis. Il n’était probablement même pas conscient qu’une telle combinaison pouvait lui nuire. L’un de ses symptômes les plus dangereux était un rythme cardiaque rapide, ou tachycardie.

Résumé

Vous en savez certainement plus après avoir lu cet article très complet. Vous êtes déjà bien conscient que combiner des graines de cannabis avec des antidépresseurs n’est pas une bonne idée. Il est donc essentiel de consulter votre médecin avant d’y avoir recours. Sinon, cela peut vous faire autant de mal que de bien. Il est préférable d’être prudent.

Laisser un commentaire