Que risque-t-on avec du CBD lors d’un contrôle de police ?

By Thibault

Les produits dérivés du chanvre ont connu une popularité remarquable dans le monde au cours des dernières années en raison de leurs effets relaxants.

Dans notre inconscient, nous avons tendance à confondre cannabidiol (CBD) et Cannabis. Pourtant, leur consommation ou détention est réglementée par la législation dans de nombreux pays au monde tels que la France.

Le cannabidiol communément appelé cbd ayant longtemps été classé dans la catégorie des stupéfiants soulève souvent une ambiguïté juridique. La plupart des consommateurs se demandent alors les risques qu’ils encourent avec ces produits lors d’un contrôle de police.

Que risque-t-on lors d’un contrôle de police, en possession ou sous l’emprise du CBD ?

Voici quelques éclairages sur le sujet.

 

Les risques au test de dépistage salivaire sous CBD ?

Lors des contrôles de police notamment ceux routiers, le test salivaire est le premier recours pour vérifier que vous n’êtes pas sous stupéfiant.

Le CBD étant légal, il n’est pas pris en compte dans l’algorithme de reconnaissance du test. Pour cela, cette substance ne sera pas détectée même juste après une consommation.

Par ailleurs, c’est le THC, une composante psychotrope du cannabis considérée comme stupéfiant qui est recherché en priorité lors des tests salivaires d’un contrôle de police.

La plupart des produits au cbd légaux contiennent très peu (0,2 % au plus en France) ou pas de THC dans leurs compositions.

C’est pour cette raison que même après avoir été consommés, ils ne sont pas souvent détectables lors du test salivaire. Les produits concernés sont entre autres :

  • les huiles de CBD
  • les e-liquides au cannabidiol
  • les friandises et les crèmes CBD.

Cependant, il existe bien un risque d’être testé positif suite à un test salivaire après consommation du CBD. Ceci survient lorsque vous fumez une fleur de Cbd avec un taux de THC plus grand que le seuil de 0,2 %.

Pour éviter cela, vous devez veiller à toujours bien contrôler vos produits cbd et vous assurer de la fiabilité de leur taux de THC indiqué.

Conserver l’emballage et la notice de vos produits en cannabidiol est une excellente astuce pour prouver votre bonne foi en cas de malentendu. Toutefois, le test salivaire n’est pas suffisant pour procéder à une inculpation, d’autres tests doivent se faire.

Retrouvez plus d’information ici sur le test salivaire.

Les risques au test de dépistage urinaire ou sanguin sous CBD ?

Il s’agit de tests très peu fréquents lors de contrôle de police, mais qui font généralement suite à un test salivaire positif. En effet, ce type de test permet de rendre beaucoup plus précis le dépistage avec une couverture sur 5 à 10 jours.

Néanmoins, les tests urinaires et sanguins sous CBD fonctionnent comme le test salivaire avec la recherche d’un taux de THC supérieur à 0,2 % dans l’organisme.

 

Dans le premier cas, si vous avez consommé un produit dont la teneur en THC ne dépasse pas ce seuil, vous ne serez pas déclaré positif. Ceci, indépendamment du fait que le test salivaire fait au préalable avait donné des résultats douteux.

Dans le deuxième cas par contre, si vous avez consommé du THC en quantité au-delà du seuil, les résultats du test salivaire seront confirmés. Dès lors, vous serez déclaré positif et vous encourez des risques de divers ordres.

Tout d’abord, il vous sera attribué une forte amende à payer et ensuite cette situation sera mentionnée sur votre casier judiciaire.

Par ailleurs, lorsque le contrôle de police est routier et que vous conduisiez, les charges augmenteront. Elles peuvent partir d’une simple augmentation de l’amende à une parution devant un juge d’instruction.

 

Les risques en cas de possession du cbd lors d’un contrôle de police ?

Consommateur ou revendeur de produits cbd, il est possible que vous soyez en possession de cannabidiol lors d’un contrôle de police.

Comme pour le cas de la consommation telle que présentée ci-dessus, vous courez un risque uniquement lorsque le produit ne respecte pas le seuil de composition en THC.

En effet, détenir du cbd n’est pas illégal lorsque le seuil de tolérance de 0,2 % du THC est respecté.

Dans le cas contraire, vous êtes en infraction délictuelle et vous courrez un risque allant d’une forte amende à un emprisonnement pendant de nombreuses années. Le tout dépend de la teneur en THC des produits et les risques sur l’organisme.

Pour éviter ce genre de situations, il est fortement recommandé d’éviter la conduite tout juste après la consommation de produits cbd.

En définitive, le risque encouru en cas de consommation ou détention de cbd est nul lorsque le produit consommé respecte les règles de fabrication. Le risque peut évoluer jusqu’à un emprisonnement ferme sur des dizaines d’années en cas de forte présence du THC.

Laisser un commentaire