Le cannabis est sans danger mais pas aussi efficace qu’on le pensait pour le SSPT ?

Par Romain

Le SSPT est un syndrome post-traumatique qui se manifeste après une expérience traumatique difficile. On sait depuis longtemps que le CBD aide dans les cas d’anxiété qui peuvent être déclenchés par le SSPT, et il est également sans danger. Mais sommes-nous en train de surestimer les effets du cannabis ?

Table des matières :

  1. Un peu plus sur cette étude scientifique
  2. La marijuana médicale a déjà été utilisée
  3. Soixante-seize vétérans ont participé à l’étude.
  4. A quoi cela ressemblait-il dans la pratique ?
  5. Résumé

Les résultats préliminaires d’une étude scientifique menée sur des vétérans présentant des symptômes de SSPT ont montré que la consommation de cannabis est sans danger, mais n’a pas d’effets positifs. Nous pensons qu’il est utile de développer ce sujet beaucoup plus avant.

Les résultats préliminaires d’une étude scientifique à long terme menée sur des vétérans de guerre ont montré que la consommation de cannabis est sûre et bien tolérée par les personnes souffrant du syndrome de stress post-traumatique (SSPT). Toutefois, il convient également de noter ici que les scientifiques ne défendent plus la thèse selon laquelle la marijuana est la meilleure solution pour le SSPT comme l’indépendance. C’est simplement parce qu’il s’est avéré être un spécifique moins puissant que ce qu’ils avaient supposé auparavant.

Un peu plus sur cette étude scientifique

L’étude, dirigée par Marcel Bonn-Miller de l’université de Pennsylvanie et Sue Sisley du Scottsdale Research Institute, a été financée par une subvention de 2,2 millions de dollars accordée par le département de la santé publique et de l’environnement du Colorado (CDPHE) à la Multidisciplinary Association of Psychedelic Studies (MAPS). Les chercheurs se sont battus pendant sept ans pour obtenir l’autorisation de mener cette étude. Il leur a fallu trois années supplémentaires pour le réaliser.

La marijuana médicale a déjà été utilisée

Il convient tout de même de noter ici que la marijuana médicale est utilisée depuis de très nombreuses années par les vétérans de guerre pour atténuer les symptômes du syndrome de stress post-traumatique. Cependant, il a été en fait extrêmement difficile d’étudier l’efficacité de la marijuana médicale sur le syndrome de stress post-traumatique. Cela était dû à l’interdiction fédérale en place et à de nombreuses autres restrictions sur l’utilisation de la marijuana. L’objectif d’une loi construite de cette manière était de décourager les scientifiques de poursuivre leurs recherches. Ils constateraient toujours que la marijuana médicale est bien plus efficace que tous les produits pharmaceutiques connus à ce jour. Nous tenons également à souligner ici que Sue Sisley s’est battue pendant de nombreuses années pour finalement obtenir l’autorisation de mener cette étude scientifique. Elle a ensuite passé des années à se battre avec le gouvernement pour obtenir enfin une marijuana médicale de la meilleure qualité possible. C’est seulement à ce moment-là qu’elle a pu commencer cette recherche scientifique.

En rapport :   6 mythes et controverses sur le CBD

Soixante-seize vétérans ont participé à l’étude.

L’étude scientifique a porté sur soixante-seize vétérans de guerre qui présentaient des symptômes de stress post-traumatique (SSPT). Il s’agissait principalement d’hommes âgés de vingt-quatre à soixante-dix-sept ans. Une équipe de scientifiques de Bonn-Miller et de Sisley a mené cette étude en deux phases. Les résultats de la première phase ont été publiés cette semaine dans la revue Plos One Paper.

Dans la première phase de l’étude, les vétérans militaires ont été divisés en quatre groupes. Rappelons à nouveau qu’il s’agissait d’un total de soixante-seize hommes. Un groupe a décidé indépendamment de la manière dont il prendrait le cannabis avec une concentration de 12 % de THC. La seule exigence était qu’ils prennent la substance tous les jours pendant trois semaines. En revanche, le second groupe devait prendre des produits contenant onze pour cent de CBD. Dans cette préparation, les quantités de THC étaient vraiment minimes. Il n’est pas nécessaire de mentionner ces quantités, car elles n’ont aucun effet réel sur les effets du cannabis médical. Alors, avançons en douceur. Le troisième groupe de vétérans de guerre a dû prendre des produits contenant des quantités assez importantes de CBD et de THC. Le CBD et le THC étaient tous deux à environ 8 %. Le dernier groupe de vétérans de guerre, le quatrième de notre liste, a pris un placebo. C’est-à-dire une substance dans laquelle il n’y avait pratiquement pas de cannabinoïdes. Vous êtes curieux de connaître les résultats de cette étude scientifique ? Nous allons vous l’expliquer dans un instant. Vous pouvez maintenant y réfléchir par vous-même. Il peut s’avérer que vos suppositions étaient justes. Nous ne prendrons pas plus de temps et passerons rapidement à autre chose.

En rapport :   Le CBD peut-il être une alternative aux opioïdes ?

A quoi cela ressemblait-il dans la pratique ?

En moyenne, les participants à cette étude scientifique ont reçu 1,8 gramme de cannabis par jour pendant 21 jours. Nous faisons bien sûr référence ici à la quantité de cannabis contenue dans deux ou trois doses. Après trois semaines d’une telle étude, les vétérans de guerre ont cessé de prendre du cannabis sous toutes ses formes pendant quinze jours. Une désintoxication légale et complète a été effectuée sur eux. On leur a ensuite administré à nouveau du cannabis. Rappelez-vous. Que les participants à cette étude scientifique ont été divisés en quatre groupes à tout moment. Chacun de ces groupes a reçu des substances légèrement différentes.

Les chercheurs ont constaté une faible différence statistique entre les vétérans qui ont pris un placebo et ceux qui ont pris un mélange de THC et de CBD. En fait, près de la moitié des vétérans qui ont reçu le placebo ont cru qu’ils recevaient du cannabis actif. Les auteurs de l’étude ont déclaré que plusieurs facteurs de confusion pouvaient avoir contribué à ces résultats.

Cette étude scientifique portait sur des personnes qui avaient déjà été exposées au cannabis. Ils l’avaient utilisé quotidiennement ou seulement occasionnellement. En ne recrutant pour cette étude que des participants de ce type, qui étaient également des consommateurs actifs de cannabis, il est possible que ces substances aient très bien fonctionné sur eux. En outre, il se peut qu’ils n’aient pas du tout été objectifs dans cette étude scientifique.

C’est logique. Si une personne se sent toujours bien après avoir consommé de la marijuana médicale, pourquoi devrait-elle soudainement se sentir mal ? Son corps y est habitué et y répond parfaitement. Il en irait tout autrement si cette étude scientifique n’incluait que des vétérans de guerre qui n’ont jamais eu affaire à la marijuana médicale ou au cannabis. Oh oui ! Alors ce serait tout à fait autre chose. Mais passons aux conclusions de l’étude scientifique qui a déjà été réalisée.

En rapport :   Maladie inflammatoire de l'intestin (MII) - le cannabis peut-il aider ?

Nous devons ici tenir compte d’un autre facteur très important. En effet, cette étude scientifique a porté sur des personnes venant d’endroits pas très éloignés. Qu’est-ce que cela signifie en pratique ? Seulement que les résultats de cette étude pourraient très bien avoir été influencés par la politique locale sur l’utilisation du cannabis ou du chanvre. Les participants à cette étude scientifique ont malheureusement pu être biaisés parce qu’ils se sentaient sous pression. Ils ont donc affirmé que le cannabis fonctionnait très bien sur eux. Et en fait, cela aurait pu être tout à fait différent… Nous ne saurons jamais la vérité dans cette affaire.

Résumé

Bien qu’un grand nombre de vétérans de guerre souffrant de troubles anxieux quotidiens aient participé à cette étude scientifique, ils n’ont pas été en mesure de faire la distinction entre la vraie marijuana et le placebo. Ils étaient toujours convaincus qu’ils recevaient de la marijuana médicale. Enfin, il convient d’ajouter ici que les attentes préalables concernant les effets du cannabis peuvent expliquer en grande partie pourquoi les personnes ayant pris le placebo se sont senties tellement mieux. Fait intéressant, ces personnes ont même dit avoir ressenti une réduction significative des symptômes du SSPT après seulement 3 semaines de traitement. Par conséquent, nous ne pouvons que vous demander de tirer vos propres conclusions finales sur cette étude scientifique.

Puisque nous en sommes déjà à la conclusion, nous aimerions mentionner une autre chose très importante. En effet, le fait que la graine de chanvre ne soulage pas les symptômes du syndrome de stress post-traumatique chez les vétérans de guerre pourrait également être dû à la mauvaise qualité du chanvre reçu du gouvernement. C’est tout ce qu’il y a à faire.

Sources :

  1. https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0246990
  2. https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0246990
  3. https://www.leafly.com/news/science-tech/dustup-nida-grown-ditch-weed-leads-johns-hopkins-ditch-ptsd-study

Laisser un commentaire